Construction de Bella, figurine grandeur nature (mannequin)

Cette chère Mimi avait acheté son premier mannequin qui lui servirait à faire de la couture. Elle en avait fait l’acquisition à bon prix dans un débarras car il lui manquait 2 bras, le bassin et les jambes. Elle l’avait appelé du nom de Bella. Après quelques années, Mimi m’avait confié qu’elle aimerait lui trouver les pièces manquantes pour la compléter et en faire un mannequin complet. Elle l’avait installée sur un tuyau métallique de fini chrome relié à une base ronde au sol. De mémoire, c’était un ancien support de cage d’oiseau. C’est en lui cherchant ce qui lui manquait sur le sujet des mannequins de vitrine qu’un jour j’étais tombé sur un mannequin complet appelé Lola par sa propriétaire et que Mimi a décidé de l’acheter sur le champ,vu sa pose corporelle extraordinaire. L’histoire de Lola (The stunning Lola) se trouve au bas de la colonne de droite de ce blog (rédigée en anglais). Comme Lola était devenue le nouveau centre d’intérêt pendant longtemps, la pauvre Bella, handicapée est retombée dans l’oubli encore pour environ une période de deux années avant que Mimi ne me reparle de la compléter. Alors je me suis remis à l’oeuvre en cherchant ce qui manquait pour mener à terme son projet. Cette fois-ci j’étais encore tombé sur une très bonne affaire. C’était un mannequin féminin de bonne qualité tout démonté dans un bac. Les mains étaient belles, bien détaillées, Les doigts, les bras, les jambes, les pieds, les orteils, le tronc et le bassin. Tout était bien fait et en plus, rien n’était brisé. Il ne lui manquait que la tête. Nous avons figuré qu’il serait plus facile de scier la tête de Bella et l’installer sur ce nouveau corps complet, plutôt que de travailler fort à adapter les bras et le bassin  de ce nouveau mannequin sur Bella. Scier la tête de cette dernière et l’ajuster sur le nouveau mannequin tout entier demanderait beaucoup moins de travaux d’adaptation à exécuter.  Voici donc ci-bas, 3 photos de ce qu’était Bella à l’origine.

*

bella-achetee-au-debut-sans-bras-sans-bassin-et-jambes

*

Cliquez sur les photos pour voir leur format agrandi.

*

au-debut2

*

bella-au-debut3

*

Tant qu’à mes goûts personnels, je ne la trouvais pas extraordinaire, cette tête-là. Pas laide, Je dirais légèrement jolie, sans plus.

Mimi m’avait souvent surpris. Je verrais bien ce qu’elle finirait par tirer de ce visage Nous avons l’habitude de travailler sur des figurines. Celles-là ne sont, au fond, que des versions grandeur nature et pour nous, ce sont quand même des figurines. Leur dimension ouvre d’autres possibilités et elles sont plus impressionnantes par leur stature, mais elle prennent beaucoup plus d’espace.
*
241066945_537025674230713_3586333600339287769_n
*
Quelques années après avoir rédigé cette page, en cherchant dans d’anciennes sauvegardes, je viens de trouver une photo de Bella avant que Mimi installe sa tête sur un nouveau corps. Mimi avait entretemps, refait les lèvres de Bella à la pâte polymère, les avait repeintes d’une couleur rose métallique, avait refait son maquillage, lui avait installé une perruque blonde et l’avait coiffée d’un autre style. Cette fois-là, je la trouvais nettement plus belle, à mes goûts en tout cas. Oui, là je la trouvais plus que moyenne, mais belle femme. J’aimais beaucoup ce nouveau genre et ses nouvelles lèvres étaient pour moi un énorme plus.

*

nouveau-corps-de-bella-demonte

*

Le jour était arrivé pour Bella de recevoir un corps complet. J’avais trouvé ce mannequin sur Kijiji, en vente pour $40, ou livré pas loin aux alentour pour $50 au total. Maryse, la meilleure amie de Mimi, travaille à Brossard et le vendeur était dans le même secteur alors il lui a livré à son travail et elle l’a amené chez Mimi. Il faut dire que Maryse est en admiration pour les travaux de Mi sur ses figurines, et sur Lola, son autre mannequin, qu’elle voudrait acheter… mais c’est moi qui a le premier, le privilège de l’acheter selon mon entente avec Mimi.  Il a fallu démonter le corps en deux pour l’installer dans le coffre de la voiture de Maryse. J’avais une photo et originalement, dans l’annonce, le corps était tout démonté au complet dans un gros bac en plastique. Je ne la retrouve plus. Mimi m’a mentionné que son fils cadet, Kevin et son amie Véro lui ont fait le cadeau de lui payer son mannequin. Ils sont aussi de fervents admirateurs des oeuvres que Mimi produit.

 

*

mains1

*

Les mains démontables. Commençons donc par faire un travail d’esthétique plus poussé sur les mains. Elles sont quand même bien faites mais elles ont besoin de petites retouches.

*

mains2

*

Un petit peu de mastic de finition pour carrosserie d’automobiles appliqué sur de petites imperfections, un peu de sablage et recommencer au besoin._

Mimi est habituée à ces étapes que je lui avais enseigné au début, quand j’ai commencé à lui apprendre les rudiments de la modification et la construction de figurines.

*

mains3-petites-retouches

*

Le dernier petit sablage exécuté sur la main droite, qui se trouve à gauche sur la photo.

*

mains4

*

La main a été repeinte de couleur chair. Mimi lui fait une manucure. Elle aura de plus belles mains, encore plus féminines.

*

mains5

*

mains6

*

Les ongles prêts pour être vernis. C’est beaucoup mieux ainsi et ça apporte plus de réalisme au mannequin.

*

mains7

*

Et avec le vernis, wow, superbe main. Celle de gauche subira la même attention.

*

corps

*

Le nouveau corps assemblé avec les mains améliorées installées, ainsi que des bagues pour décorer d’avantage cette figurine de grandeur nature.

*

essai-nouvelle-tete-cou-trop-long1

*

Juste un premier essai de la tête sur le corps. Le visage de Bella retravaillé, ses lèvres ont été grossies avec de la pâte polymère que nous utilisons pour la création ou modification de figurines. Quand à moi, j’utilise souvent du mastic de carrosserie (mastic de fond), car beaucoup plus économique pour le rapport quantité-prix, mais il sent très fort en attendant son durcissement. Mieux aérer l’endroit. Dommage, Mi a oublié de prendre des photos d’étapes pour les lèvres. Elles n’avaient pas de relief, étaient plus dessinées qu’autre chose.  Le cou est trop long, il va falloir en scier une autre tranche.

*

apoxie-sculpt

*

Pour les bénéfices du lecteur, voici la marque de pâte polymère que nous utilisons, en fait, surtout Mimi mais moi aussi à l’occasion. Nous la commandons d’un endroit à Toronto. il en existe différentes densités que cette compagnie exprime en couleurs différentes. Au choix du consommateur. Nous avons essayé plusieurs différentes marques au cours des années.

*

essai-tete-cou-trop-long2

*

Une vue avec les nouvelles mains. Bella est en train de devenir une belle grande dame.

*

scier-nouvelle-tranche-de-cou

*

Bon, maintenant il faut revenir à l’oeuvre. Le travail est effectué par Mi elle-même. C’est bien la tête de Bella, sans sa perruque. Mi m’a demandé combien enlever de matériel. Je lui ai dit ”Enlèves-lui une tranche d’un pouce de hauteur environ”. Nous sommes à des milles de distance et communiquons la plupart du temps par courriels. Elle a pensé à prendre la photo. Génial! Une fois la tête bien installée, elle lui refermera le joint et égalisera le cou avec la pâte polymère et ça demandera du sablage et de repeindre le tout.

*

2e-essai-cou-ok

*

Voici le 2e essai d’installation de la tête sur le corps. La longueur du cou est maintenant très acceptable. Heureusement il n’y a presque pas de différence en ce qui a trait aux deux pièces de cous provenant des 2 mannequins différents, ce qui demandera moins de travail de meulage des deux parties de cous et de lissage de pâte polymère, moins de sablages etc. On aperçoit les lèvres plus pulpeuses, amplifiées par Mimi.

*

souliers-pieds

*
 

J’ai écris à Mi pour lui demander si elle avait fabriqué ou modifié les souliers qu’elle a installé à Bella. Voici sa réponse: “Non, ce sont mes plus beaux souliers à talons hauts, je lui ai prêté (lol).

 

nouvelle-robe-ceinture-bijouxongles-longs-bagues

*

Mimi vient de m’écrire en lisant cette page déjà sur mon site, que son idée était de vendre des bijoux sur son site web et que Bella serait sa muse pour les présenter. Souvent ses désirs de vendre ne portent pas fruits, mais d’un autre côté elle expose ses travaux et en retire quand même une satisfaction. On dit souvent que les artistes sont de mauvais gens d’affaire. Les boucles d’oreilles, la chaînette de cou et les bracelets sont bien agencés à la robe et sa ceinture, pour ne pas dire aussi ses souliers.

*

belle-bella

*

J’ai écris comme titre de cette photo “Belle Bella”  Bellissima!

*

bella-et-sa-cousine-lola

*

Bella et sa cousine Lola. Elles ne passent vraiment pas inaperçues quand les gens viennent visiter Mimi.

Si j’ai écris que Lola et Bella sont cousines, c’est qu’en admirant le produit final de l’oeuvre de Mimi, j’ai été inspiré à écrire l’Histoire de Bella, un roman que j’ai débuté juste pour le plaisir d’écrire, d’inventer des personnages qui gravitent autour d’elle. Une histoire qui se déroule à Montréal, dans le quartier appelé “La Petite Italie”. C’est un endrot autour du Marché Jean-Talon, proche voisin du quartier Villeray, un peu au Nord et de la Petite Patrie, juste à l’Est. La maison de mon père est située dans Villeray, juste pas loin. C’est où j’ai habité pendant nombre d’années. Ce demi mannequin que je méprisais presque, est devenu une grande et superbe femme que dans mon imagination j’ai rendue humaine, vivante, riante et aimant la vie. Ce n’est pas la première fois que je suis inspiré par une figurine. Une autre, toute petite, à l’échelle 1/25, que Mimi avait fabriquée il y a des années m’a inspiré à écrire une histoire sur elle. Je lui ai crée une personnalité bien à elle. Un soir j’avais écrit une page sur cette Lorie. Je l’ai envoyée à un ami juste un peu comme une blague, pour passer le temps, comme ça. Pendant des semaines et des mois il me revenait avec sa demande d’écrire la suite de l’histoire, ce que j’ai fait à plusieurs reprises et toujours fini par laisser en plan. Je lui envoyais une suite et il me relançait constamment pour une continuité, que j’ai partagé parfois autour, et puis je retombe en panne. Ce n’est jamais une panne d’inspiration. Juste que je laisse ça sur les tablettes, comme tant d’autres projets.

Écrire, ce n’est pas pour moi comme commencer à construire un machin quelconque et arriver à un endroit où je manque de matériel ou d’un outil ou une machine ou d’un accessoire quelconque. Ça me démotive. Ça prend poussière sur les tablettes et en chemin j’en ai commencé un, deux, trois, quatre ou cinq autres. je ne sais pas. Je suis comme ça. Avec plein de potentiel, plein d’idées… mais pas intelligent. Je pense que j’ai probablement une passion pour débuter des projets… et puis le reste… tant pis. Un jour dans un club de maquettiste, un gars m’avait dit. ”Tu commences de superbes projets et puis tu ne les finis pas”. Je lui avais répondu. “Pour moi le plaisir c’est de les commencer, pas de les terminer. Quand ils deviennent trop avancés, ce n’est plus intéressant. Je les sacre aux vidanges et j’en commence un autre et je suis heureux” Il avait éclaté de rire. Ce n’est pas vrai que je les mets aux poubelles. Je lui avait dit sur un ton humoristique. Il a dû comprendre que c’était du théâtre de ma part.

Les photos ci-haut, tout le travail accompli, ce n’est pas mon oeuvre mais celle de Mimi. Je l’ai à l’occasion conseillée, je lui ai trouvé deux mannequins, plus une autre tête qui n’est pas encore sur ce site. Sur celle-ci, je lui ai fait le travail de base car bien qu’elle possédait de beaux traits, elle était faite d’un plastique mince et de piètre qualité. Elle était constituée de deux moitié de tête, soit une partie avant et partie arrière, avec un joint fusionné et les deux moitiés n’étant pas tout à fait centrées. Alors j’ai dû faire du sablage, y appliquer du mastic de finition mais avant tout j’avais peint la tête en aérosol avec de l’apprêt pour carrosseries automobile, ce qui permet aux couches de mastic de carrosserie et à la peinture finale d’adhérer solidement au plastique. Puis, je lui ai rapporté et elle a continué le travail jusqu’à la finition. C’est une tête magnifique mais elle ne peut pas être installée sur un mannequin féminin de grande taille comme les femmes de 6 pieds et plus, si on compte les souliers à talons hauts. La plupart des mannequins sont fait à l’image de grandes femmes. Une femme plus petite, est généralement plus petite de partout, proportionnellement, donc la tête, le cou, la largeur des épaules, le bassin, la grosseur et la longueur des bras et des jambes sont d’un gabarit plus petit, comme les mains et les pieds,alors ce serait difficile à trouver, ou il faudrait fabriquer un corps complet  sur mesure juste pour une tête.   Ce projet-ci est donc en attente, mais je pense que je vais créer une page juste pour la présenter, car elle est belle.

Une autre de mes implications pour les projets de Mimi, c’est de lui poser des questions sur certains détails pour rédiger les textes correctement. J’ai voulu montrer au monde certains de ses travaux. Je ne lui ai pas demandé de m’écrire un brouillon. J’ai tout écrit moi-même, bien sûr en lui posant toutes les questions qui me venaient à l’idée au fur et à mesure que j’écrivais ces lignes, mais c’est toujours ma façon de procéder quand je veux présenter ses travaux.

J’ai choisi un ordre pour éditer ses photos et présenter tout ça à qui le sujet peut intéresser, après tout, c’est une forme d’art comme une autre.  Je rend hommage à son grand talent que j’admire, à sa personne aimable et à notre amitié profonde. Cette Mimi me surprend si souvent par ses idées géniales. Curieusement, elle pense la même chose de moi quand je lui montre mes projets et lui explique mes idées.

*

Florent Beauchemin

*

Vous pouvez m’écrire vos tas d’injures à l’adresse ci-bas :

florent.beauchemin@gmail.com

Je travaille en ce moment-même, à construire cette page… enfin… j’y travaillais.